5 conseils pour trans…former votre alimentation

Commençons par un peu de sémantique…

On met souvent au pilori les aliments industriels. Or, selon moi, il faut les distinguer des aliments ultratransformés. Votre yaourt Danone est un aliment industriel, de même que votre beurre Président ou votre lait Candia. Ils sont tous fabriqués ou traités dans une industrie agroalimentaire ! Et pour autant ce sont des produits simples, peu transformés, avec peu d’ingrédients…

On ne niera, soyons honnête, que la transformation simple des produits a son intérêt : conservation, digestibilité… et praticité. Dans nos temps modernes, il peut ne pas être aisé de traire nous-même notre vache, de fabriquer notre fromage et nos yaourts (plus accessible grâce aux yaourtières maintenant mais tout de même élaborés à partir de notre bon vieux Candia …). Et toutes les régions de France n’ont pas la chance d’avoir un petit éleveur à proximité ! Vous le comprenez, ce sont plutôt les aliments ultra transformés qui vont avoir moins la côte. Cela va des produits fabriqués à partir de farine raffinée (pain blanc, pain de mie, biscuits …), aux margarines et produits en contenant, crèmes et crèmes glacée, sodas, chips, céréales, bonbons et autres produits contenant des additifs…

On ne pourra pas nier leurs effets sur la santé…

De nombreuses études montrent que les modes alimentaires privilégiant les produits tels que le pain blanc, les viandes transformées, la margarine, les sodas, les céréales raffinées et transformées etc… pouvaient augmenter les risques de surpoids, de maladies cardio-vasculaires, diabète, de dépression, de déminéralisation osseuse, voire de cancer… rien que ça.

Les explications avancées sont essentiellement liées au fait que les personnes qui consomment ces produits, consomment moins de fruits et légumes, moins de laitage, de céréales complètes, et de légumineuses. Elles ont donc un apport supérieur en énergie, en sucre, sodium, matières grasses saturées et insuffisant en fibres, vitamines, minéraux etc…

Des études suggèrent que les aliments ultra transformés sont également mangés plus rapidement en raison d’un moindre degré de texturation nécessitant moins de mastication donc moins de temps en bouche. Cela entraine une consommation d’aliments, donc d’énergie plus importante au cours d’un repas d’une même durée.

D’autres travaux montrent que certaines de ces transformations peuvent modifier les effets physiologiques d’un produit. Par ex la gélatinisation de l’amidon accélère sa dégradation par les enzymes digestives et augmente la réponse glucidique et insulinique  post ingestion.

Quant aux additifs présents dans ces produits, consommés dans le seul produit qui les contient … « pas de problème », l’industrie nous garantit son innocuité (ce sont les conditions « normales d’utilisation ». En revanche, pour les gros consommateurs, que dire de l’effet cocktail ??

Le comportement alimentaire n’est pas en reste. La praticité de ces produits « prêts à être consommés » augmentent leur attractivité. Et ce d’autant plus que certains font fréquemment l’objet de promotion et sont vendus en « gros » ! Ils font aussi très souvent l’objet d’opérations marketing, ce qui augmentent les chances/risques de les acheter … on voit effectivement plus souvent de la pub pour des biscuits du gouter que pour ce bon vieux morceau de pain/chocolat …

On sait donc qu’ils sont globalement néfastes à notre santé.

Mais qu’ils sont bien pratiques tout de même… et puis certains d’entre vous les aiment bien ces produits !

Du coup c’est un discours bien culpabilisant pour vous le «Arrêtez de manger ces merdes… Honte sur vous de donner ces produits à vos enfants… ».

Finalement c’est quoi le bon conseil ?

Je serai tentée de dire, comme d’habitude… la voie du milieu ! Avoir une consommation qui trouve l’équilibre entre santé, praticité (s’ils vous simplifient la vie) et plaisir (s’ils vous procurent du plaisir).

Mais pour cela :

1/ Soyez indulgent(e) et bienveillant(e) avec vous … Si cela a du vraiment du sens pour vous, si c’est important, faites le point sur votre consommation actuelle de tels produits. Voyez ceux dont vous pouvez facilement vous passer, et que vous pouvez remplacer par des produits de base simples et/ou de meilleure densité nutritionnelle : morceaux de viande et poisson entiers et frais, fruits et légumes, laitages natures, biscuits maison, féculents à grains entiers, matières grasses de base (huile d’olive, colza, beurre)… Cuisinez des choses simples, si vous n’êtes pas un cordon bleu.

Si vous n’y parvenez pas seul(e), faites-vous aider par un professionnel bienveillant.

2/ Allez-y étape par étape, à votre rythme, un changement à la fois.

3/ Soyez curieux/se et expérimentez ce qui vous convient le mieux. Soyez dans l’expérience gustative et corporelle. Quels effets sur vos papilles et votre corps ?

4/ Notez les effets de tels changements sur votre bien être, votre niveau d’énergie, votre santé.

5/ Restez dans la tolérance vis-à-vis de vos échecs et difficultés.

Vous faites de votre mieux et c’est déjà très bien !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.